Le kite-surf procure de belles sensations mais reste un sport à risques malgré l’amélioration des dispositifs de  sécurité :

Dans des circonstances de fait peu ordinaires, un kite-surfeur est déclaré fondé à obtenir l’indemnisation intégrale de son préjudice corporel par l’assureur du véhicule impliqué simplement stationné sur un parking public à proximité de la plage, qu’il a heurté après avoir été emporté de la surface de l’eau.

La Cour de Cassation rappelle à cette occasion un des principes de la loi du 5 juillet 198 (loi Badinter) selon lequel un véhicule stationné sur un parking public est un véhicule terrestre à moteur…et le contact de la victime avec ce véhicule suffit à établir l’implication dans ce qui est assimilé à un accident de la circulation. Le Kite-surfeur est donc fondé à obtenir l’indemnisation intégrale de ses préjudices par l’assureur du véhicule. (Cass Civ 2ème 6 février 2014).

Laissez un commentaire